Majalat
Justice sociale et climatique
Migration et mobilité

Un nouveau rapport de la Banque mondiale a dévoilé que le changement climatique pourrait amener 216 millions de personnes à migrer d’ici 2050. La baisse de la production agricole, la pénurie d'eau ou encore la hausse du niveau de la mer font partie des phénomènes qui contribueraient à ces migrations.

Les auteurs du rapport ont précisé que ces 2016 millions de personnes représentent près de 3% de la population totale des régions de l'Afrique subsaharienne, de l'Asie du Sud, de l'Amérique latine, de l'Asie de l'Est, du Pacifique, de l'Afrique du Nord, de l'Europe de l'Est et de l'Asie centrale. Ils ont ajouté que le nombre pourrait être plus élevé dans la mesure où la Banque mondiale ne comptabilise pas les migrants d'Amérique du Nord, des pays riches d'Europe ou encore du Moyen-Orient.

Les experts de l’institution ont par ailleurs affirmé que « le  changement climatique est un moteur de migration de plus en plus puissant » et que « les moyens de subsistance et le bien-être humain sont de plus en plus mis à rude épreuve ».

Juergen Voegele, vice-président de la Banque mondiale chargé du développement durable, a pour sa part déclaré que « si les pays commencent maintenant à réduire les gaz à effet de serre, les écarts en matière de développement, à restaurer les écosystèmes vitaux et aider les gens à s'adapter, la migration climatique pourrait être réduite d'environ 80%, à 44 millions de personnes d'ici 2050 ».