Egypte
Bonne gouvernance et Etat de droit

 

Six militants des droits humains, dont la journaliste et bloggeuse Esraa Abdel-Fattah, ont été libérés dimanche 18 juillet par les autorités égyptiennes. 

 

Samedi soir, le parquet égyptien a ordonné la libération du militant Abdel Nasser Ismaïl, leader du Parti de l’Alliance populaire (gauche), du journaliste et opposant égyptien Gamal El-Gammal, de l’avocate et militante des droits humains Mahienour El-Masry, ainsi que les journalistes Moataz Wadnan, Mostafa El-Asar et Esraa Abdel-Fattah.

 

Ces libérations surviennent après une mise en garde émise par Washington jeudi dernier contre le fait de prendre pour cible des militants des droits humains. Réagissant à l’inculpation de Hossam Bahgat, directeur exécutif de l'Initiative égyptienne pour les droits personnels (IEDR), les Etats-Unis avaient indiqué que cela serait pris en compte lors de tractations en vue de ventes d'armes entre les deux pays alliés.

 

Plusieurs analystes égyptiens ont dans ce cadre expliqué que la libération des six militants a été décidée par les autorités juste pour rassurer leurs partenaires étrangers.