Pays européens
Migration et mobilité

Un rapport du service municipal de la ville de San Cristobal de la Laguna, où se situe le camp de Las Raices, a qualifié les conditions de vie dans le camp d’ « inquiétantes ». Ouvert en février dernier, ce centre héberge environ 1 500 migrants débarqués dans l’archipel espagnol après avoir traversé l’Atlantique.

Le 24 mars 2021, et suite à plusieurs alertes lancées par des ONG, des experts ont effectué une inspection dans le camp et ont conclu à des conditions sanitaires et d’hygiène « inquiétantes ». Dans leur compte-rendu, les experts ont expliqué que les conditions d'hébergement ne sont pas adaptées à la crise sanitaire étant donné que chaque tente héberge en moyenne 32 migrants dans des espaces exigus ce qui rend impossible le respect de la distanciation sociale et des gestes barrières.

 

Le rapport a également révélé un important dysfonctionnement dans la gestion de l’alimentation des migrants qui sont amenés à patienter plus de trois heures pour pouvoir obtenir un repas ce qui crée de longues files d’attente et empêche le respect des gestes barrières. 

 

Les experts ont dans ce cadre appelé les autorités régionales et nationales à intervenir afin de fournir de meilleures conditions de vie aux migrants du camp de Las Raices qui, comme beaucoup d’autres migrants, restent bloqués sur les îles Canaries, empêchés par les autorités de se rendre sur le continent pour poursuivre leur voyage.