Algérie
Bonne gouvernance et Etat de droit

 

Le Comité national pour la libération des détenus (CNLD) a annoncé que 214 prisonniers d’opinion sont enfermés dans les prisons de 33 wilayas du pays. Depuis le début du mois de mai, le CNLD a recensé 144 nouveaux détenus, arrêtés pour la plupart lors des manifestations du Hirak.

 

Vendredi dernier, plusieurs internautes algériens ont organisé une grande campagne de soutien aux détenus d’opinion. Après l’interdiction des marches et rassemblements par le pouvoir, le vice-président de la Ligue algérienne pour la défense des droits de l'Homme (LADDH), Saïd Salhi, a indiqué que la célébration virtuelle du 120e vendredi du Hirak était dédiée aux 214 détenus d'opinion actuellement incarcérés dans les geôles algériennes.

 

Dans une déclaration accordée au journal en ligne Interlignes, le militant Zaki Hannache  a pour sa part souligné que « ces personnes ne sont pas des criminels. Ce sont de simples citoyens qui ont exercé un droit garanti par la Constitution : exprimer son opinion. Il y a ceux qui ont été arrêtés lors des marches populaires et il y a ceux qui ont été arrêtés à cause de publications sur Facebook ».

 

Rappelons que l’Algérie s’apprête à organiser un scrutin censé renforcer la légitimité du pouvoir en place. Boycottées par une partie de l’opposition, ces élections qui surviennent après que le président Tebboune ait dissous le Parlement en février dernier.