Voisinage Sud Méditerranée
Sécurité et lutte contre les violences

 

Le gouvernement intérimaire libyen, dirigé par Abdallah al-Thani et basé à l’est du pays, a présenté sa démission auprès du président de la Chambre des représentants, Aguila Salah Issa, dimanche 13 septembre 2020.

Cette démission survient après de violentes confrontations entre des policiers et des manifestants sortis protester contre le manque de services de base, principalement l'électricité et les soins de santé. 

Dimanche 13 septembre, les manifestants ont mis le feu au siège du gouvernement de Benghazi, provoquant d'importants dégâts matériels, selon une source de sécurité. « Aux premières heures de dimanche, un groupe de manifestants a attaqué le bâtiment du conseil des ministres et l'a incendié avant de prendre la fuite », a indiqué à l'AFP, sous le couvert de l'anonymat, une source du ministère de l'Intérieur du gouvernement intérimaire. 

Les policiers et les pompiers sont rapidement arrivés sur les lieux pour tenter de maîtriser les flammes qui ont ravagé l'entrée principale de l'immeuble, selon la même source. 

Depuis l’éclatement de la révolution de février 2011, la Libye vit une crise politique et sécuritaire constante causée principalement par le conflit qui oppose le gouvernement d’union nationale (GNA), reconnu par la communauté internationale, à la Chambre des représentants qui appuie le maréchal Khalifa Haftar.