Nations Unies
Justice sociale et climatique

Une nouvelle étude publiée dans la revue Nature Climate Change a révélé que la température moyenne sur Terre pourrait augmenter de 2,2 °C à 2,9 °C d'ici 2100. Selon les auteurs, les engagements pris par les pays dans le cadre de l’Accord de Paris ne seront pas suffisants pour stopper et limiter le réchauffement climatique.

L’étude a ainsi remis en question les projections de réchauffement élaborées par l'ONU à partir des engagements et des politiques de réduction d'émissions de gaz à effet de serre.

Rappelant que la plupart des projections climatiques se basent sur des modèles qui partent de la température finale souhaitée pour 2100 – +1,5°C ou +2°C par exemple – et cherchent à rebours à établir quels leviers seraient nécessaires pour y parvenir, le chercheur Glen Peters a précisé que cette nouvelle étude est une « prévision », ajoutant que : « nous modélisons où les politiques existantes nous emmènent et nous regardons où nous arrivons ».

Selon les dernières estimations de l'ONU, malgré les nouveaux engagements à 2030 annoncés juste avant et pendant la conférence sur le climat COP26, le monde se dirige toujours vers un réchauffement "catastrophique" de 2,7 °C d'ici à la fin du siècle, loin des objectifs de l'accord de Paris de le limiter en deçà de +2°C, si possible +1,5°C, par rapport à l'ère préindustrielle.